Euro 2022 - Groupe B - La FINLANDE : mission impossible ?

img

Dans notre présentation des sélections qualifiées pour l'Euro, on fait un détour par la Finlande, qui ne devrait pas faire de coup d'éclat alors que l'équipe a hérité d'un groupe très compliqué. Son parcours de qualification La Finlande a obtenu la première place d'un groupe ouvert où se trouvaient également le Portugal, l'Ecosse, l'Albanie et Chypre. Un match ne s'arrête pas avant le coup de sifflet final et la Finlande l'a bien compris. Deux victoires 1-0 face à l'Ecosse et au Portugal avec des buts inscrits en fin de temps additionnel, une égalisation à la 90e minute face au Portugal... qui finit deuxième trois points derrière au final. Linda Sällström, dix buts à son compteur, dont les deux buts tardifs face au Portugal, a encore été indispensable. Groupe E : 1er Matchs : 8 Victoires : 7 Match nul : 1 Défaite : 0 Buts inscrits : 24 Buts encaissés : 2 Les résultats Portugal (1-1, 1-0) Écosse (1-0, 1-0) Albanie (3-0, 8-1) Chypre (4-0, 5-0) L'équipe La Finlande retrouve l'Euro, qu'elle disputera pour la quatrième fois. En 2017, elle avait raté le coche, mais cette fois-ci elle a su forcer le destin en qualifications pour obtenir son billet pour l'Angleterre. Le tirage, plutôt favorable pour les qualifications, ne l'a pas autant été pour l'Euro. Retrouver la phase finale ressemble déjà à un objectif rempli. L'équipe évolue dans un système en 4-4-2 dans la grande majorité des cas, et Anna Signeul s'appuie sur des cadres à chaque ligne. En défense, les expérimentées Westerlund et Tuija Hyyrynen accompagnées des « jeunes » Natalia Kuikka et Emma Koivisto, forment souvent le quatuor chargé de défendre les buts d'une Korpela qui reste titulaire mais n'évolue plus à son meilleur niveau. Un duo Eveliina Summanen/Emmi Alanen dans l'axe au milieu du terrain, Ria Öling en suppléante. Adelina Engman sur l'aile droite apporte de la vitesse, attribut dont ne manque pas Sällström, qui reste la principale arme offensive de la sélection et est souvent associée à Sanni Franssi, attaquante qui a contribué à la très belle saison de la Real Sociedad. De façon générale, la Finlande s'appuiera sur la vitesse en contre-attaque et les coups de pieds arrêtés, ses deux points forts. Et elle n'abdique pas si elle est toujours dans le coup. Si l'équipe ne peut pas compter sur ses points forts, elle n'aura pas les ressources pour faire la différence d'une autre manière. L'équipe, qui dispose de bonnes joueuses, n'a pas la profondeur d'effectif pour se réinventer. Elle évolue a priori un bon ton en-dessous de ses concurrents de groupe. Avec 24 buts marqués en qualifications, elle est également la sélection qui a le moins marqué parmi les vainqueurs de groupes. La sélectionneuse Anna Signeul, la sélectionneuse suédoise de l'équipe finlandaise, est principalement connue pour avoir été à la tête de la sélection écossaise pendant douze ans et l'avoir qualifiée pour son premier tournoi majeur, l'Euro 2017. Après le tournoi, elle a pris les rênes de la sélection finlandaise, qui ne s'était pas qualifiée en 2017. Premier objectif rempli donc pour la sélectionneuse suédoise. La joueuse clé Linda Sällström, qui aura 34 ans pendant l'Euro, en plus de son expérience et de son leadership, reste une vraie menace pour les défenses adverses, et la meilleure option de Signeul pour inscrire la Finlande au tableau d'affichage. Le pronostic Malheureusement pour la Finlande, avec l'Allemagne, le Danemark et l'Espagne dans son groupe, rejoindre les quarts de finale serait un exploit. L'équipe veut cependant y croire et n'a rien à perdre. La déclaration Anna Signeul : « Le groupe n'est pas le plus facile, mais je crois que toutes ces équipes peuvent prendre des points les unes des autres. Aucune équipe ne pourra reposer ses joueuses, et je crois que ce sera une bonne chose pour nous. Les équipes qui jouent contre nous ne peuvent pas venir sans être préparées, et nous ne devons pas être sous-estimées. » Le fait La Finlande rejoint le rêve d’un Euro 2025 Alors que la Pologne, la France et le tandem Suisse/Liechtenstein sont aussi candidats, la Finlande s’est jointe au Danemark, à la Norvège et à la Suède en octobre dernier pour accueillir le prochain Euro. Hôte en 2009 du tournoi, la Finlande pourrait profiter de l’occasion pour retrouver de sa superbe au niveau international, la sélection Helmarit ayant été un temps absente des tournois majeurs entre 2013 et cette année. Elle est même toujours en course pour se qualifier pour le mondial 2023 en Australie et Nouvelle-Zélande, elle qui n’a jamais participé à la phase finale de la compétition. Le chiffre : 1 La Finlande n’a gagné qu’un seul match hors de ses bases à l’EURO : en juin 2005… en Angleterre face au Danemark (2-1). Ce succès avait alors été synonyme de qualification pour les demi-finales de la compétition. La préparation Parmi les résultats intéressants à noter lors de cette dernière année pour la Finlande, un bon match nul face au Brésil au cours du Tournoi de France ou encore une courte défaite face à la Suède fin 2021. Pas de quoi donner l'espoir d'une surprise à l'Euro, mais elle peut. >> Les résultats des matchs de préparation Le calendrier Le vendredi 8 juillet à 18h face à l'Espagne Le mardi 12 juillet à 18h face au Danemark Le samedi 16 juillet à 21h face à l'Allemagne Les joueuses G : 1-Katriina Talaslahti (FC Fleury 91, FRA, 1/0), 12-Anna Tamminen (Hammarby IF, SUE, 6/0), 23-Tinja-Riikka Korpela (Tottenham Hotspur, ANG, 106/0) D : 2-Elli Pikkujämsä (KIF Örebro, SUE, 4/0), 3-Tuija Hyyrynen (Juventus FC, ITA, 119/3), 5-Emma Koivisto (Brighton & Hove Albion, ANG, 74/3), 6-Anna Auvinen (UC Sampdoria, ITA, 19/0), 15-Natalia Kuikka (Portland Thorns FC, USA, 68/3), 16-Anna Westerlund (Åland United, 142/4) M : 4-Ria Öling (FC Rosengård, NOR, 58/9), 8-Olga Ahtinen (Linköpings FC, SUE, 42/3), 10-Emmi Alanen (Kristianstads DFF, SUE, 93/21), 11-Nora Heroum (SS Lazio, ITA, 82/1), 19-Essi Sainio (HJK Helsinki, 54/3), 20-Eveliina Summanen (Tottenham Hotspur, ANG, 40/7), 21-Amanda Rantanen (KIF Örebro, SUE, 10/1) A : 7-Adelina Engman (Hammarby IF, SUE, 82/12), 9-Juliette Kemppi (IFK Kalmar, SUE, 63/5), 13-Jenny Danielsson (AIK, SUE, 36/7), 14-Heidi Kollanen (KIF Örebro, SUE, 17/2), 17-Sanni Franssi (Real Sociedad, ESP, 57/3), 18-Linda Sällström (Vittsjö GIK, SUE, 116/50), 22-Jutta Rantala (Vittsjö GIK, SUE, 8/1) Absence majeure : néant Participations à l'Euro Participations : 3 Meilleur résultat : Demi-finaliste (2005) Pire résultat : Phase de groupe (2013) Dernière participation : 2013 (Phase de groupe)

×