Euro 2022 - Groupe B - Le DANEMARK en nouveau trouble-fête

img

Le tour des équipes qualifiées pour l'Euro se pose au Danemark, finaliste de la dernière édition qui aura fort à faire pour passer le premier tour face à deux poids lourds, l'Espagne et l'Allemagne. Est-ce que Pernille Harder et ses coéquipières vont réussir à créer une petite surprise ? Son parcours de qualification Dans le groupe B avec l'Italie, la Bosnie-Herzégovine, Malte, Israël et la Géorgie, le Danemark a tranquillement négocié sa campagne de qualification. Neuf victoires par au moins deux buts d'écart, et un match nul concédé malgré un poteau face à l'Italie, son principal adversaire et le seul à avoir réussi à trouver le fond des filets danois. Le Danemark était favori et a tenu son rang. Nadia Nadim et Pernille Harder ont été les meilleures buteuses (9 et 8 respectivement), suivies par Stine Larsen et Sanne Troelsgaard (6). Groupe B : 1er Matchs : 10 Victoires : 9 Match nul : 1 Défaite : 0 Buts inscrits : 48 But encaissé : 1 Les résultats Italie (3-1, 0-0) Bosnie-Herzégovine (2-0, 4-0) Israël (3-0, 4-0) Malte (8-0, 8-0) Géorgie (2-0, 14-0) L'équipe Le Danemark reste sur une très bonne lancée à l'Euro après avoir atteint les demi-finales puis la finale lors des deux dernières éditions. Nils Nielsen a laissé sa place après le dernier Euro et le nouveau sélectionneur, Lars Søndergaard, n'a pas hésité à apporter du changement. Le Danemark évolue désormais majoritairement en 3-4-3 avec Katrine Veje replacée en défense centrale (mais qui n'hésite pas à monter et forme un duo intéressant avec Sofie Svava dans le couloir gauche) et Sanne Troelsgaard plus au cœur du jeu (mais qui continue à se montrer offensive). Kathrine Kühl, grand talent au pays, brigue une place de titulaire au milieu. Les jeunes Svava et Janni Thomsen apportent également une vraie plus-value dans les couloirs. Søndergaard a décidé de ne pas sélectionner Caroline Møller pour l'Euro, preuve que le secteur offensif est concurrentiel et dispose de bons éléments. Malgré cela, ce n'est pas forcément le secteur le plus performant, et l'équipe peut éprouver des difficultés à marquer face à des adversaires solides. Un trio composé de Pernille Harder, Signe Bruun et Stine Larsen pourrait faire mal aux défenses adverses, et Harder peut faire la différence à n'importe quel moment, comme ce fut le cas lors des deux dernières éditions. Défensivement, l'ensemble est plutôt solide mais les velléités offensives de certaines peuvent déséquilibrer l'équipe. La tactique utilisée par Søndergaard demande beaucoup de compensations et il peut y avoir des manquements. Le but devrait être gardé par la jeune Lene Christensen qui aura la lourde tâche de remplacer Stina Lykke Petersen, très en vue lors des deux dernières éditions. Elle a réussi ses débuts avec la sélection et devrait s'installer pour de longues années à ce poste, mais il s'agira de son premier tournoi et elle n'a pour ainsi dire aucune expérience internationale. Le sélectionneur Lars Søndergaard a pris les rênes de la sélection, prenant la suite de Nils Nielsen qui avait emmené l'équipe jusqu'en finale de l'Euro. Ce sera la première grande compétition pour le sélectionneur danois qui aura fort à faire pour que le Danemark continue sur sa lancée à l'Euro. Il n'a en tout cas pas eu peur de faire quelques modifications importantes à l'équipe, qu'il s'agisse du système tactique, ou de joueuses replacées à des postes plus reculés sur le terrain. La polyvalence est un gros atout dans son système, et on a pu voir la jeune. La joueuse clé Pernille Harder Ses performances serviront de baromètre à l'équipe. Parmi les meilleures joueuses du monde, elle peut changer le cours d'un match à elle seule même si le secteur offensif danois dans son ensemble est plutôt séduisant. Son placement au cœur du jeu permet d'équilibrer l'équipe, entre présence défensive et lien pour les attaquantes. Le pronostic Avec l'Espagne et l'Allemagne dans son groupe, soit deux des favoris de la compétition, le Danemark ne devrait logiquement pas atteindre les quarts de finale et voir son chemin s'arrêter en poule. L'équipe a cependant montré qu'elle savait jouer les trouble-fêtes et ne partira pas vaincue. Une sortie dès le premier tour, à moins de mauvaises prestations, ne pourrait pas être vu comme une déception. La déclaration Lars Søndergaard « Nous avons montré que nous pouvons jouer contre les équipes de haut niveau et nous avons des joueurs qui peuvent faire mal aux adversaires (…) Il nous faudra faire preuve d'un esprit d'équipe encore meilleur que celui des autres. Le champion d'Europe pourrait bien venir de notre groupe, et puis ça pourrait être nous aussi. » Le fait Nadia Nadim au centre des critiques L’ancienne attaquante du PSG, joueuse clé dans le parcours jusqu’en finale du Danemark en 2017, n’aborde pas l’EURO 2022 dans une atmosphère des plus sereines. Depuis qu’elle a été nommée parmi les ambassadrices de la Coupe du monde au Qatar qui aura lieu en fin d’année, Nadia Nadim est la cible de nombreuses critiques au sein de son pays. Le Conseil danois pour les réfugiés lui a retiré son rôle d’ambassadrice de bonne volonté alors que l’union danoise du football (DBU) a condamné ce soutien. Parmi les déclarations qui créent la polémique, il y a notamment celle lâchée en décembre 2021 dans une vidéo sur ses réseaux : « Aider les personnes dans le besoin. C'est de cela qu'il s'agit pour moi, et c'est certainement ce que fait le Qatar. En les regardant, on croit à nouveau en l'humanité. ». La joueuse a tenté de se défendre depuis devant la presse, n’hésitant pas non plus à attaquer cette dernière. Son sélectionneur Lars Søndergaard l’a également soutenu, rappelant que bien qu’il ne soit pas d’accord avec sa décision, il était heureux d’en avoir parlé avec elle : « C'est plus facile de parler à quelqu'un. Je sens que Nadia est la même qu'elle a toujours été, et c'est ce qui est important pour moi ». Le chiffre : 7 Lors de la dernière édition de l’EURO en 2017, le Danemark est devenu le 7e finaliste différent dans l’histoire du tournoi. Toutefois, aucun des 4 derniers finalistes perdants ne s’est imposé lors de son match d’ouverture de l’édition suivante, le dernier à y parvenir étant l’Italie en 2001… face au Danemark (2-1). La préparation L'équipe a peu joué cette année. Le tournoi de l'Algarve, qui aurait dû lui servir de répétition avec plusieurs équipes également qualifiées pour l'Euro présentes, a tourné court car l'équipe a été touchée par le covid et a dû se retirer du tournoi. L'équipe a terminé sa préparation pour l'Euro avec une victoire face au Brésil (2-1) et une défaite face à la Norvège (1-2). >> Les résultats des matchs de préparation Le calendrier Le vendredi 8 juillet à 21h contre l'Allemagne Le mardi 12 juillet à 18h contre la Finlande Le samedi 16 juillet à 21h contre l'Espagne Les joueuses G : 1-Lene Christensen (Rosenborg BK, NOR, 13/0), 16-Katrine Svane (AGF Aarhus, 1/0), 22-Laura Worsøe (Odense Q., 1/0) D : 2-Sara Thrige (AC Milan, ITA, 23/2), 3-Stine Ballisager Pedersen (Vålerenga, NOR, 31/2), 4-Rikke Sevecke (Everton WFC, ANG, 37/4), 5-Simone Boye Sørensen (Arsenal WFC, 72/5), 8-Sara Holmgaard (1.FFC Turbine Potsdam, ALL, 8/0), 11-Katrine Veje (FC Rosengård, SUE, 137/9), 18-Luna Gevitz (BK Häcken, SUE, 16/0) M : 6-Karen Holmgaard (1.FFC Turbine Potsdam, ALL, 17/1), 7-Sanne Troelsgaard (Reading FC, ANG, 166/55), 13-Sofie Junge Pedersen (Juventus FC, ITA, 79/7), 14-Sofie Bredgaard (FC Rosengård, SUE, 2/0), 15-Kathrine Kühl (FC Nordsjælland, 15/1), 19-Janni Thomsen (Vålerenga, NOR, 15/3), 23-Sofie Svava (Real Madrid, ESP, 29/2) A : 9-Nadia Nadim (Racing Louisville FC, USA, 100/38), 10-Pernille Harder CAP. (Chelsea WFC, ANG, 134/68), 12-Stine Larsen (BK Häcken, SUE, 63/21), 17-Rikke Marie Madsen (Madrid CFF, ESP, 18/1), 20-Signe Bruun (Olympique Lyonnais, retour prêt de Manchester City, ANG, 23/15), 21-Mille Gejl (BK Häcken, SUE, 19/7) Absences majeures : Nicoline Sørensen (blessée), Emma Snerle (blessée) Participations à l'Euro Participations : 8 Meilleur résultat : Finaliste (2017) Pire résultat : Phase de groupe (1997, 2005, 2009) Dernière participation : 2017 (Finale)

×