Le coaching d’Olivier Dall’Oglio

img

Il était forcément attendu au tournant après l'échec de sa charnière centrale face à l'ESTAC dimanche dernier pour l'ouverture du championnat, en dépit de ses autres choix plus heureux. Face au PSG, Olivier Dall'Oglio prenait une décision forte en reconduisant Falaye Sacko dans l'axe de sa défense et privant cette fois volontairement Mamadou Sakho de son retour au Parc des Princes en tant que titulaire. C'était Nicolas Cozza qui prenait place aux côtés du Malien au sein de cette défense à 4. Peu surprenant si l'on se fiait aux propos d'ODO avant ce déplacement, désireux de pouvoir ressortir proprement les ballons en évitant que les vagues ne se succèdent trop. Sur les ailes, Enzo Tchato et Théo Sainte-Luce, encourageants contre Troyes, étaient reconduits. Mais face à ce Paris Saint-Germain là, la tache était forcément compliquée. Malgré tout, ses joueurs ont tenté de suivre le plan, en dépit des approximations de chacun, conduisant à une ouverture du score rageuse vu le timing, mais logique au regard du contenu des deux équipes, suivi du but du break, sévère, juste avant le retour aux vestiaires. Fallait-il dès lors remplacer Falaye Sacko, coupable sur les deux buts ? La question évidemment se pose, mais toujours est-il que l'ancien Stéphanois a rehaussé son niveau de jeu dans le deuxième acte. Le milieu de terrain a souffert, peinant à garder les ballons pour faire remonter le bloc équipe face au duo Verratti-Vitinha. Joris Chotard n'a que peu existé a la récupération comme à la relance, tandis que Téji Savanier, joueur à avoir disputé le plus de duels dans ce match, et Jordan Ferri se sont montrés malgré tout plus actifs. C'est d'ailleurs d'une ouverture de son capitaine que le premier but héraultais est venu, Wahbi Khazri reprenant victorieusement la tentative d'Elye Wahi repoussée plein axe par Gianluigi Donnarumma. Un but de la princesse de Bondy plus tard, le technicien héraultais se décidait, enfin, à faire tourner son effectif. Arnaud Souquet remplaçait pour les vingt dernières minutes un Faitout Maouassa bien moins en réussite qu'une semaine précédemment à ce poste d'ailier droit. Quid d'Arnaud Nordin ? Remis de sa blessure, il n'est pas à écarter que l'entraineur héraultais ait préféré le ménager totalement sur la durée de la rencontre en ayant en tête la réception de l'AJ Auxerre. Quelques instants plus tard, ODO offrait un moment kisscool aux supporters parisiens avec les entrées de Valère Germain, conspué, et de Mamadou Sakho, acclamé, par le Parc des Princes. Pour les derniers instants, Téji Savanier cédait sa place à Léo Leroy et Joris Chotard la sienne à Khalil Fayad pour ses débuts en professionnel. Cinq minutes plus tard, le jeune Pailladin en lançait un autre, Enzo Tchato, d'une ouverture millimétrée pour réduire la gravité du score à la faveur d'une finition d'avant-centre. Un but 100% pailladin à ranger bien évidemment au rayon des bonnes nouvelles, alors qu'aucune blessure ou suspension n'est à déplorer, cette fois.

×